LEILOUI NICHMAT
LEA BAT YAEL
ZAL

21 Octobre 2017















Le 28 Iyar
Depuis quarante et un ans le 28 Iyar est célébré comme une date événementielle au même titre que Hanoucca ou Pourim. Il est des esprits chagrins qui continuent à nier l’importance de ce jour arguant des prétextes de tous genres.  Ce sont les mêmes, minoritaires, qui, dans toute l’histoire d’Israël, ne veulent pas admettre que l’histoire avance sans eux. La réunification de Jérusalem en 1967 a été obtenue dans la douleur et l’anxiété. La guerre des six jours est survenue comme toutes les autres guerres imposées à Israël, à la suite des menaces ennemies de détruire ce pays et de jeter ses habitants à la mer. La détermination arabe d’en finir avec « l’ennemi sioniste » était clairement annoncée et militairement préparée. Le jeune état juif reconnaît après cette guerre éclair les multiples miracles qui ont transcendé l’angoisse en allégresse, les ténèbres en lumière et les desseins destructeurs en projets prometteurs.

Jérusalem, ville éternelle, divisée,  morcelée et interdite aux juifs avant Juin 1967, dans sa partie orientale s’est mue en espace libre,  ouvert,  réunifié.  Le Kotel Hamaaravi,  dernier vestige du Temple détruit il y a presque deux mile ans, retrouve sa place dans le paysage israélien. Lieu de dépôts d’immondices avant cette guerre, il est nettoyé,  lubrifié, pour devenir un passage obligé pour toute l’humanité. Il est fait partie des lieux mythiques qui jalonnent le monde dans l’histoire universelle. Il reste incomparable et unique dans la mémoire d’un peuple.

Les prophètes qui ont annoncé la destruction du Temple et l’exil du peuple judéen,  ont aussi planifié son retour et la restauration de la maison de D. Nous sommes témoins de la vision prophétique,  édictée depuis deux millénaires.

Nous devons raconter les péripéties de notre histoire dans le même sillage de notre devoir de réciter la Haggadda à Pessah,  la méguila à Pourim. C’est par ces récits authentiques  transmis de père au fils que nous avons pu résister aux soubresauts de l’histoire  et aux mille attaques de nos détracteurs.

Jérusalem est dorénavant réunifiée,  plus belle que jamais. Il reste malgré tout un pan de nos annales  qui n’a pas encore trouvé son épilogue. Il est certes inscrit comme imminent parce qu’il suit un itinéraire céleste,  bien balisé. Il suffit de continuer à espérer et à prier pour que D., nous aide à le voir dans son accomplissement effectif. Le dernier Temple de Jérusalem sera assurément érigé et son service par les cohanim reprendra sa vitesse de croisière,  bimhéra béyaménou..

Rabbin Salomon MALKA
 
© 2017 A la Bonn'Heure : Pour trouver un minian ou un cours de torah en toutes circonstances. Tous les horaires des tefilots et offices de chahrit (priere du matin) minha (priere du matin) et arvit (priere du soir) pour toutes les synagogues et centres d'etudes de Paris et sa region. Egalement Tous les cours de torah sur Paris dans les synagogues et beit hamidrach (Talmud, michna, gemara moussar, houmach ....) - Developped by hanavy-tobeweb
Accueil | Administration | Nous contacter | Comment ca marche? | Liens utiles | Divrei Torah