LEILOUI NICHMAT
LEA BAT YAEL
ZAL

21 Octobre 2017















Kedochim
« Soyez saints parce que Je suis saint ». Le début de cette sidra résume la difficulté des relations que l’homme peut avoir avec D. L’homme est fait de chair et de sang donc soumis à des conjonctures déterminées qui fluctuent selon le temps et l’espace. D. est unique, tout lui appartient. Il ne peut subir les influences cosmiques ou temporelles. L’homme ne peut prétendre atteindre la perfection dévolue à D. Tout au plus ses efforts lui entrouvriront des voies qui lui donneront l’impression de se rapprocher de D.

Dans le judaïsme, D. est plus proche de l’homme c’est un axiome essentiel. Il lui a confié l’âme, une particule divine. C’est pourquoi il peut prétendre d’appréhender le divin uniquement grâce à ses actes et son comportement moral exemplaires. La sainteté, système imperceptible physiquement est la concrétisation du lien qui unit l’homme et D. Pour être saint comme D.  La Thora donne des recettes à la portée de tout un chacun. Il suffit de barrer la route aux relations permissives comme les rapports incestueux. Rachi explique que la sainteté s’éloigne à partir du moment où l’homme s’adonne à ses élans libertaires sans des barrières inflexibles.

L’animal et l’homme se différencient dans leurs ébats pourtant communs aux deux. Le premier n’a pas de règles de comportement en dehors de celles instinctives qu’il applique sans retenue. Le second se distingue de l’animal parce qu’il peut dompter ses instincts et respecter des lois sociales, familiales et individuelles.

Notre société libérale a institutionnalisé des lois qui permettent des relations interdites que le code religieux réprouve. Elle a perdu en quelque sorte son âme. Nous assistons impuissants à une décadence morale qui prend une pente vertigineuse. Nous voyons disparaître les valeurs qui maintenaient la vie familiale, la vie communautaire dans un cadre respectable. L’homme s’éloignant de D. s’affiche dans des excès de tout genre jusqu’à l’envie d’écraser son prochain. Il se comporte comme l’animal se confinant même dans un semblant de raisonnement. Le coup de foudre ou le sentiment ravageur deviennent un alibi qui doivent être admis et pourquoi pas encouragés.

Etre saint n’est pas un état qui s’abat sur quelques privilégiés, choisis par le Ciel. C’est une éducation, qui se transmet d’abord dans la cellule familiale puis dans un ensemble de cercles communautaires. On crée et on favorise ainsi des conditions d’application strictes des lois préventives. Le lien entre le divin c’et dire l’éternité et l’humain, la temporalité, reste constant et les lois de la sainteté leur unique relais.
Rabbin Salomon MALKA
 
 
© 2017 A la Bonn'Heure : Pour trouver un minian ou un cours de torah en toutes circonstances. Tous les horaires des tefilots et offices de chahrit (priere du matin) minha (priere du matin) et arvit (priere du soir) pour toutes les synagogues et centres d'etudes de Paris et sa region. Egalement Tous les cours de torah sur Paris dans les synagogues et beit hamidrach (Talmud, michna, gemara moussar, houmach ....) - Developped by hanavy-tobeweb
Accueil | Administration | Nous contacter | Comment ca marche? | Liens utiles | Divrei Torah