LEILOUI NICHMAT
LEA BAT YAEL
ZAL

21 Octobre 2017















Le 28 Adar

Chaque jour a son lot d’événements.  Il suffit de regarder le calendrier pour s’en apercevoir. Savez vous que le 28 addar aurait dû être marqué par une pierre blanche. Dans nos pérégrinations dues au long exil nous lisons dans le traité TAANIT 18a que les sages avaient décrété ce jour,  jour de fête.  C’était à l’époque romaine. Nos frères avaient appris que de lourds nuages les menaçaient. Des sanctions avaient été suggérées contre eux notamment de ne plus étudier la Thora,  de ne plus pratiquer ni la Mila ni le chabbat,  sanctions classiques mais aux conséquences destructrices. Rabbi Yéhouda fis de Chamoua et ses collègues ont réussi à annuler ces menaces grâce à stratagème peu conventionnel. Par l’entremise d’une matronne, ils ont noué un dialogue avec leurs tortionnaires. Ils leur ont expliqué que ces décrets n’ont rien de fraternel. Les deux peuples, juif et romain, sont pourtant issus de la même souche. Esaü et Jacob leurs ancêtres sont nés le même jour, du même père et de la même mère. S’en prendre au peuple juif par des menaces avilissantes n’a pas de sens logique. C’est scier la branche du tronc commun. Le texte mentionne que les décrets infâmes ont été annulés et ce jour est devenu un jour de réjouissances.

Depuis cet événement,  l’histoire s’est noircie de pages tristes qui ont été l’œuvre  de ces mêmes supposés frères. Nous avons payé un lourd tribu en vies humaines et déportations de toutes sortes au nom d’une supposée vengeance. L’appel à la fraternité et aux sentiments humains est resté sourd.

Nous aurions aimé écrire et décrire la noblesse des cœurs et la solidarité des actes qui font honneur à leurs auteurs et un bienfait pour toute l’humanité.  Ce 28 Addar aurait dû être suivi par d’autres dates fraternelles et chaleureuses. Ce jour restera dans l’histoire unique à cause des hommes qui ont préféré se comporter en animaux sauvages,  démunis de tout sentiment moral. Lorsque les hommes ne regardent pas leurs congénères comme leur propre image, ils perdent toute notion de retenue et de respect d’autrui. Ils s’acharnent et justifient leur comportement inhumain au nom de la religion ou de la légitime pseudo vindicte.

Ce jour a vite été oublié dans les méandres de nos pensées.  Il est redevenu un jour ordinaire. Mais nos mémoires ne demandent qu’à le réhabiliter. Il suffit que la fraternité des hommes l’emporte sur leur bestialité naturelle.

Rabbin Salomon MALKA
 
© 2017 A la Bonn'Heure : Pour trouver un minian ou un cours de torah en toutes circonstances. Tous les horaires des tefilots et offices de chahrit (priere du matin) minha (priere du matin) et arvit (priere du soir) pour toutes les synagogues et centres d'etudes de Paris et sa region. Egalement Tous les cours de torah sur Paris dans les synagogues et beit hamidrach (Talmud, michna, gemara moussar, houmach ....) - Developped by hanavy-tobeweb
Accueil | Administration | Nous contacter | Comment ca marche? | Liens utiles | Divrei Torah